Le Stuc

Stuc, stucco, stuc marmorino, stuc de mantoue, enduit italien, enduit marbre, enduit lissé, stuc italien, stuc ciré, stuc patiné, formation professionnelle stuc, enduit déco, enduit à la poudre de marbre, enduit de la méditerranée, enduit à la chaux, enduit écologique, enduit bio, enduit minéral

S’applique à l’origine à un enduit de chaux ou de plâtre voulant imiter le marbre, peu épais, composé d’une grande proportion de chaux aérienne éteinte en poudre ou en pâte et d’une faible proportion de charge fine dont on revêtait les maçonneries et même parfois les appareils de pierre de taille, pour obtenir extérieurement ou intérieurement des parements polis, sans apparence de joints, et que l'on décorait de sculptures délicates et de peintures. Les stucs furent employés dès la plus haute antiquité. Les pyramides de Memphis étaient recouvertes d'un enduit stuqué dont on voit les restes.

Les Égyptiens recouvraient leurs édifices d'une très-légère couche de stuc pour masquer les sutures de la pierre et pour recevoir la peinture. Les Grecs mettaient des enduits sur toutes leurs constructions, à l'extérieur comme à l'intérieur, à moins qu'elles ne fussent faites de marbre blanc. Encore coloraient-ils cette dernière matière, pour éviter l'aspect froid et uniforme de surfaces d'une même couleur et pour distinguer les divers membres de l'architecture. L'enduit qu'ils posaient sur leurs constructions de pierres est très-mince (un ou deux millimètres). On retrouve la trace de ces stucages dans les monuments doriens de Sicile, à Pestum, etc. Les Romains employèrent le stuc très fréquemment, soit pour les monuments publics, soit pour les habitations. Les Romains excellaient dans l'art de préparer et de poser les enduits. Les grands édifices comme les habitations privées étant construits en brique et blocage, ils couvraient leurs parements extérieurs et intérieurs de plaques de marbre et d'enduits posés en plusieurs couches, une grossière d'abord, une plus fine et une dernière très-mince, bien dressée, polie et couverte de peintures. Stuc patiné vieilliStuc patiné vieilli Cette habitude passa dans les Gaules, et il n'est pas de construction gallo-romaine dans laquelle on ne trouve des restes d'enduits stuqués, c'est-à-dire polis et peints. Les procédés de construction eurent la même fortune que les arts, ils périrent avec eux en Occident à la fin de l'empire romain. Aussi les enduits que l'on trouve sur quelques rares monuments de l'époque mérovingienne et carolingienne ne nous laissent plus voir que des enduits grossiers faits de mauvais matériaux, friables, soufflés, mal dressés et recouverts de peintures sauvages. On n'avait pas cependant abandonné dans les Gaules l'habitude de recouvrir les parements de moellon, et même les grossiers appareils, d'un enduit de chaux et sable aussi mince que possible, pour dissimuler les défauts et les joints de la pierre et pour recevoir des colorations. Mais ces enduits n'ont plus le beau poli des stucs de l'antiquité grecque et de la bonne époque romaine, ni leur solidité (église de Germigny des Prés - Loiret - IXe siècle). Cheminée en stuc orangeAutrefois des stucs gravés et peints garnissaient les parois de l'église. Ces enduits, enlevés dans les parties inférieures, ne se voient plus qu'à l'intérieur de la tour du clocher central, et notamment aux baies de ce clocher, lesquelles se composent d'une archivolte reposant sur deux colonnettes engagées.Cheminée en stuc orange Or, ces archivoltes et les colonnettes sont entièrement obtenues à l'aide d'un stuc blanc, fin, très-dur, recoupé au ciseau pendant qu'il était encore frais. On peu encore voir des stucs de cette époque sur les gros chapiteaux de l'ancien narthex de Saint-Rémi de Reims, ceux de la crypte de Saint-Laurent de Grenoble, et même des chapiteaux de l'abside de l'église d'Issoire, sont de simples corbeilles de pierre couvertes de figures et d'ornements de stuc. Ce n'est qu'au XIIe siècle que les enduits sont faits avec soin; encore ne sauraient-ils être comparés à ceux des Romains. Il faut dire que le système de construction adopté par les architectes du moyen âge n'admettait les enduits que là où il y avait du moellon brut; ces architectes, à dater du XIIe siècle, ne posèrent qu'exceptionnellement des enduits sur de la pierre de taille, qui, dût-elle être peinte, laissant voir son parement. C'était à l'intrados des voûtes faites en moellon brut comme celles des édifices de la Bourgogne et du Centre, sur les murs de remplissage entre des piles engagées, que les enduits s'appliquaient, et alors ils étaient toujours couverts de peintures. Dans les habitations, les intérieurs des châteaux, on passait cependant parfois un enduit très-mince, même sur la pierre de taille. C'est ainsi que sont tapissées les salles du château de Coucy, qui datent du commencement du XIIIe siècle, afin de dissimuler les joints et de poser la peinture sur des surfaces unies. Mais ces enduits, assez semblables aux enduits grecs, ne sont qu'une couche épaisse de chaux et de sable très-fin posée au pinceau et comprimée au moyen d'une petite taloche. Les couleurs étaient appliquées sur cette couverte pendant qu'elle était encore humide, puis encaustiquée lorsque le tout était parfaitement sec: procédé qui rappelle la peinture monumentale des anciens. Dès le XIIIe siècle, dans les intérieurs, on employait les enduits au plâtre. Le stuc est parfaitement adapté au recouvrement de murs et de plafonds car il peut être modelé pour devenir un décor en relief, poli pour imiter l’aspect du marbre ou peint. Grecs et Romains l’utilisaient comme support de fresque murale. Les techniques de stucage furent diffusées par les Italiens durant la Renaissance dans toute l’Europe. Le stuc Marmorino fait partie de l’histoire. C’est François Ier qui l’introduit en France au château de Fontainebleau, puis Louis XIV à Versailles. C’est certainement l’une des plus belles finitions qui soit. Le principe est une succession de couches ayant une charge de plus en plus fine On trouvait le stuc blanc généralement dans les églises et le stuc coloré pour les frises qui décoraient les palais et les pavillons de jardin. Le stucage connu son apogée au XVIIème. Les palais baroques et rococo ainsi que les églises de pèlerinages, notamment en Bavière et en Autriche, furent décorées de remarquables stucs. Le stuc est un enduit teinté dans la masse dont la technique ancestrale remonte à l'antiquité. Les réalisations sont appliquées en panneaux décoratifs très recherchés ou sous forme de motifs en relief comme les moulures, les pierres, les briques ou les colonnes. Sa texture consistante permet de structurer le relief et la forme en ouvrages décoratifs, personnalisés à l'infini.

Aujourd’hui

Stuc rouge laque Pour réaliser des stucs, ou stucco, les professionnels n’emploient, en principe que du sable de marbre blanc moulu que l’on appelle poudre de marbre. Les fragments de cette roche permettent une pigmentation parfaite. On peut employer des morceaux de verre ou de brique broyés, du mica, du quartz, de la poudre de nacre, de la silice, de la poudre d’ardoise,des scories métallurgiques, pour obtenir des mélanges de la plus grande dureté susceptible d’être poli (enduit poli). Cet enduit est ensuite refermé ou serré à l’aide d’une lisseuse ou d’un galet pendant la carbonatation (réaction chimique de la chaux (hydrate de calcium qui mélangée à l’eau et en contact avec le gaz carbonique de l’air se transforme en carbonate de calcium). On va serrer le stuc pendant la carbonatation car ainsi on lustre des cristaux de carbonate de calcium en formation que l’on serre les uns contre les autres, ce qui va crée une fine pellicule de calcin en surface. Cet enduit glacé sur l’ensemble de son revêtement donnera à la finition minérale toutes ses lettres de noblesse et d’éclat. Le cristal de marbre offre beaucoup plus de facettes que le cristal de sable et de ce fait capte mieux les rayons du soleil pour les restituer en irradiant de milles feux les pigments figés dans l’enduit. La particularité du stuc est qu’il est constitué de plusieurs couches qui sont posées les unes sur les autres dans le frais. Seule la variation de la granulométrie de la charge différencie les stucs entre eux Parmi les stucs les plus connus nous citerons: le stuc de Mantoue, le stuc Marmorino, le stuc de Venise, le tadelakt, le stuc en deux couches, la chaux ferrée. La brillance et le lustre des stucs donnent un éclat différent des enduits décoratifs classiques et une finition inégalée dans l’histoire de la décoration. Le stuc est un enduit de luxe, une finition fine, un enduit de la méditerranée, poli au fer, ou au galet.

Technique

Lisseuse de stucateur Pour la fabrication et l'application des stucs ou stucco, il est préférable d’être en osmose avec la matière. Un parfum d’alchimie plane sur le travail de stucateur. La saison, le vent, la température, l’humidité de l’air, le choix des matériaux,quels pigments, pour quoi faire? intérieur? extérieur? (conseil: choisir des pigments qui résistent à ce pour quoi ils sont destinés). Le choix de sa chaux de sa charge et de ses adjuvants sont autant de paramètre à tenir en compte pour réussir son travail. Bien préparer son support reste aussi le meilleur gage de réussite pour tout travail d'enduit à la chaux. Les supports doivent être sains, pas de trous, de fissures. Faites le nécessaire avec les matériaux adaptés afin de retrouver un support plan. Éliminez du support tout résidu pouvant gêner l'application. Proscrire toutes traces d'ancien revêtement tel que peinture, plâtre... Pour une bonne préparation des supports il faut les différencier en fonction de leur nature. Nous pouvons différencier deux type de fonds, les fonds bloqués (peintures, plaques de plâtre, carreau de plâtre, plâtre, ciments) et les fonds ouverts (torchis, briques, béton cellulaire, moellons de calcaire, parpaing). Sur un fond bloqué, passez une colle mélangée à de la poudre de marbre ou plus simplement de la colle à carrelage appliquée avec une spatule crantée à denture fine. Passez ensuite l'enduit de préparation. Sur les supports ouverts, passez un badigeon de chaux puis l'enduit de préparation. Sur un support à la chaux en bon état, humidifiez le support et appliquez directement le stuc. Pour l’application du stuc, le stucateur travaille de préférence dans une pièce tempérée. Maintenez une ventilation constante de la pièce après la mise en œuvre afin d'assurer une bonne carbonatation de la chaux. Il est impératif d’adjoindre pour préparer un enduit décoratif à la chaux une certaine quantité de charge de manière à obtenir un revêtement mural de qualité... Il est impossible de donner des dosages en eau, trop de facteurs entrent en jeux mais on peut retenir une base de 3.5 litres d'eau pour 5 kg de mélange chaux + charge. L'enduit doit être consistant et plastique. Bien vérifier l'épaisseur et la planéité, si les épaisseurs ne sont pas les mêmes le séchage ne se fera pas de façon homogène et quand il sera temps de passer la deuxième couche des parties seront encore fraiche et absorberont la deuxième couche différemment, ça peu faire un style mais en général ça "décolle" et c'est raté. Il est impératif de faire l'enduit en une journée, sans raccord, c'est pourquoi il faut débuter très tôt et peut-être travailler à deux, trois quatre cinq... L'enduit sera préparé la veille pour permettre à l'eau de mouiller les éléments à cœur. Si vous souhaitez un enduit coloré, vous devez ajouter des pigments à l'enduit de finition. Les ocres donneront une tonalité douce et chaleureuse tandis que les couleurs à la chaux donneront une coloration plus intense, plus moderne. Le coloriste trouvera matière à superposer les couleurs pour créer de subtiles camaïeux de teintes ou de plus exotiques contrastes de tonalités grâce aux multiples possibilités offertes par le marchand de couleurs pour choisir sur un nuancier les pigments pour la chaux que l’on souhaite utiliser pour la préparation de la couleur des pâtes de ses enduits. Toujours faire des échantillons au préalable pour obtenir ses couleurs car lorsque l'on applique l'enduit frais, la teinte est beaucoup plus soutenue que lorsque elle est sèche. Calculez le poids de vos pigments en fonction du poids de la chaux, pour éviter la saturation des couleurs. La saturation des couleurs se produit lorsqu'une couleur ne peut plus être modifiée. Elle est différente en fonction de la nature du pigment, terres ou oxydes. On peut considérer la limite de saturation des couleurs à 20 % pour les terres et à 10 % pour les oxydes. En aucun cas, il ne faut dépasser 25 % pour les terres et 5 % pour les oxydes (si la proportion des pigments est supérieur il faut la considérés comme charge).

Recette du stuc

Une formulation simple de stuc pourrait être la suivante:

Première couche:
Une part de chaux aérienne pour une part de poudre de marbre moyenne

Deuxième couche :
Une part de chaux aérienne pour une part de poudre de marbre fine. Se souvenir que l'on à besoin de beaucoup plus d'enduit en première couche qu'en seconde et que la consistance de la première couche est plus épaisse que la deuxième.

Un stuc s'accroche sur un enduit de préparation qui pourrait avoir cette formulation :
Une part de chaux aérienne pour deux parts de poudre de marbre moyenne.

Tête de lit stuc violet